La mémoire de l'eau

Publié le par rose

tulipe-4211.JPGLa mémoire de l'eau

 

 

Il était une fois une tulipe aux pétales rouges, feuilles vert clair, tige courte. Elle a grandi dans mon jardin grâce à l'eau de la pluie. Elle est la seule fleur dans mon jardin, qui n'était pas arrosée, ni plantée. La pluie était sa compagne. Parfois fine, parfois forte. La pluie était là depuis sa toute petite enfance, même avant sa naissance. Elle lui servait de mémoire. Toute sa vie était enregistrée dans chaque goutte d'eau qui tombait.

La tulipe voulait bien oublier. Elle a mis tout le rouge possible pour cacher ses blessures. Elle a transformé le rouge du sang en rouge de satin. Elle a avalé la pluie pour pardonner au ciel sa négligence: il laisse défiler les nuages: la pluie part ailleurs.

La mémoire de l'eau est infinie. Chaque souvenir existe depuis la nuit des temps. La tulipe y trouvera le rouge du passé et du futur. Elle trouvera le rouge d'une rose coupée. Chaque goutte de la pluie est transformée en couleur.

C'est ainsi que le rouge du sang est devenu un rouge de satin. C'est ainsi que le pardon transforme le souvenir. La mémoire de l'eau transporte autant de blessures que de pardons...Tulpen.jpg

 

Rose Killinger, Neffies, novembre 2011

Publié dans Réflexion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article