Le silence après le concert

Publié le par rose

 

 

L'eau coule, sans arrêt, ça coule, ça coule, ça coule !

Je suis arrêtée dans ma course.

Je me suis arrêtée. Alors là, la légère différence.

Oui, je me suis arrêtée au bord de la rivière.

J'ai vagabondé toute ma vie et maintenant je suis arrivée au bout du chemin.

 

La rivière coule.

Les nuages passent.

 

Je suis immobile.

J'attends.

 

J'attends quoi ? Que l'eau s'arrête ? Que la terre ne tourne plus ?

 

J'attends.

J'attends quoi ?

 

Le soleil se cache.

Je ne vois pas grande chose.

 

J'entends l'eau, qui coule.

Je me laisse bercer.

 

C'est une sonate

  • NON

    une FUGUE avec des variantes à chaque passage de chaque goutte d'eau.

 

J'écoute.

La rivière coule.

Le temps passe.

 

J'attends.

Je ne retourne pas en arrière.

Je ne vais pas refaire le tour du monde.

 

J'écoute.

J'accompagne l'eau avec mon oreille.

Juste un bout du chemin.

Je ne vais pas loin.

Je reste.

 

J'attends.

J'écoute.

 

L'eau chante.

Elle me raconte la vie des temps passés.

Elle m'annonce une autre vie à l'autre rive.

Elle m'annonce une autre vie au bout de sa course.

 

Je l'accompagne jusqu'à la mer.

J'entends les vagues !

Un autre monde se présente :

L'Océan me rend visite au bord de la rivière !

 

J’ÉCOUTE !

 

Rose Killinger, Paulhan le 12 janvier 2014

 

 

 

 

Le silence après le concert

Publié dans Fragment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article