Ma vie - un livre

Publié le par rose

« Un livre au départ est fermé »

Ma vie « au départ » était fermée. J’ai ouvert mes cellules pour y lire, pour apprendre l’histoire de ma vie passée et future. Mais tout ce que j’ai pu trouver, c’était des petits fragments par-ci et par-là : une observation, un paysage, la photo d’une amie, des douleurs physiques et psychiques, des frustrations, des échecs ou bien des moments de bonheur au bord de la plage, des pique-niques à la campagne, des concerts…

J’ai ouvert ma vie – à quelle page ? à quel chapitre ?

J’ai sauté les pages, j'ai feuilleté entre les rencontres, les voyages, le travail et je suis tombée sur le jour même de ma naissance ou de ma mort – en tous cas à l’extrême de ce que je connais de ma vie.

On a bien à dire qu’un livre au départ est fermé – et si c’est moi l’écrivaine ? Si c’est moi à l’origine de l’histoire. Si c’est moi le Créateur ? (au masculin et avec majuscule : le Créateur)

Le livre au départ est alors grand ouvert ! Il est vide ou sans mots – des pages blanches, des pages limitées – j’ai envie d’écrire ailleurs – dans le sable ou dans l’air !

Danser les mots, mettre la parole en espace : sauter pour le « o » et me plier pour le « n », vient le « l » et voilà je m’envole – plus besoin de livre, de papiers, de lettres.

Je déploie mes ailles, je me transforme en ange. Ma vie n’a plus de départ ni de fin.

Je vis l’instant.

Je vis l’instant tel quel : cru, sans passé, sans futur.

Un instant large d’éternité, sans limite.

Un instant ouvert.

 

Ma peau laisse passer les mots sans demander aucun droit de passage. Les mots mes traversent. La parole se fond, se dilue.

L’instant ne communique pas. Il est.

JE SUIS.

Rose Killinger, Paulhan septembre 2011

La seule vérité qui exist c'est qu'il n' ya pas de vérité ultime : link Une emission sur Krishnamurti sur France Culture

Publié dans Fragment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article